Point business company

 



Actualités :

   
     
VENEZUELA : le bain de sang approche. Que fait la gauche internationale?
Par Jean Ortiz

21 juillet 2017
 


     
Il ne faudra pas venir pleurer demain lorsque l’on assassinera, torturera, « disparaîtra », les militants chavistes. Les précédents historiques sont malheureusement nombreux. Les classes dominantes vénézuéliennes veulent une revanche sociale, liquider la « révolution bolivarienne », ou ce qu’il en reste, afin que le peuple des anciens « invisibles » ne relève plus jamais la tête. L’oligarchie veut que ces « fils de rien », auxquels le chavisme a donné statut et dignité, retournent au néant.
 
     
 

 
     
Il est temps que la gauche internationale prenne position pour le Venezuela.
Par Gregory Wilpert


20 juillet 2017
 
Au Venezuela, la fable des manifestations pacifiques
Tout ce que vous devriez savoir, et qu'on ne vous raconte pas, sur la crise vénézuélienne...

Par Maurice Lemoine

15 juin 2017

     
Le Venezuela s’approche de plus en plus d’une situation dangereuse, dans laquelle une guerre civile de grande ampleur deviendrait une réalité. Jusqu’à présent plus de 100 personnes sont décédées à cause des manifestations (lorsqu’on connait les causes des décès).
 
Violence ? Quelle violence ? Sur Sabana Grande, très longue rue piétonne du centre populaire de Caracas, les badauds déambulent, qui dégustant une glace, qui promenant les enfants. Plus à l’ouest encore, royaume des petites motos de ceux qui n’ont pas les moyens de se payer une auto – sociologiquement plutôt « chavistes » –, la capitale vénézuélienne palpite et, comme dans plus de 90 % des agglomérations et des territoires du pays, chacun y vaque tranquillement à ses occupations.
     
 

 
     
TOUT COMPRENDRE SUR L’INFLATION ET LES PENURIES AU VENEZUELA

24 mai 2017
 
Comment « Le Monde » invente la « répression » au Venezuela

23 mai 2017
     
Files d’attente interminables, rayons vides dans les supermarchés, inflation galopante, marché noir endémique … Ces difficultés économiques et sociales auxquelles sont confrontées quotidiennement les classes laborieuses du Venezuela, ne datent pas d’hier.
 
Caracas en mai.
Mettons-nous dans la peau d’un habitant de la planète qui n’aurait que les médias pour s’informer sur le Venezuela et à qui jour après jour, on parlerait de « manifestants » et de « répression ». Comment ne pas comprendre que cette personne croie que la population est dans la rue et que le gouvernement la réprime ?
     
 

 
     
VENEZUELA : LA PRESSE FRANÇAISE LÂCHÉE PAR SA SOURCE ?

23 mai 2017
 
Annulation de son concert à cause de sa sympathie avec le gouvernement de Maduro.
Paul Gillman : "Il y a des gens à l’étranger qui nous appellent croyant que nous sommes en pleine guerre civile".


16 mai 2017
     
Parmi les vieux tours de magie des médias français, de Jean-Hébert Armengaud (Courrier International) à Natacha Tatu (nouvel Observateur) (1), il y a la transformation de la droite vénézuélienne en sympathique club de combattants pour la démocratie.
 
Paul Gillman a donné récemment un entretien au magazine Rolling Stone de Colombie, nous nous sommes permis de vous le traduire car sa vision dissonante sur la situation actuelle dans son pays est éclairante.
     
 

 
     
Hernando Calvo Ospina est dans le catalogue de la bibliothéque de SciencesPo, Paris.

03 mai 2017
 
Le président Maduro annonce à l'OEA le retrait du Venezuela

03 mai 2017
     
L'Institut d'études politiques de Paris, communément désigné par l'apocope « Sciences Po », est un grand établissement (Grande école) dans le domaine des sciences humaines et sociales et des relations internationales.
 
Le président Nicolas Maduro Moros, Dénonce la charte de l'Organisation des États Américains (OEA).
     
 

 
     
Présentation à Bruxelles du livre du cubain Alejandro Castro
Espin : "Etats-Unis, le prix du pouvoir"

28 avril 2017
 
Guerre sournoise en Equateur, guerre totale au Venezuela
Par Maurice Lemoine

27 avril 2017
     
Bruxelles, jeudi 27 avril 2017, dans une accueillante salle de l'Association Mundo-B, a eu lieu la présentation du livre du chercheur cubain Alejandro Castro Espin : "Etats-Unis, le prix du pouvoir".
La présentation de l'oeuvre a été faite par l'europarlementaire Javier Couso et l'écrivain Hernando Calvo Ospina. Madame l'ambassadeur de Cuba en Belgique, Norma Goicochea, présidait l'activité.
 
Equateur, 2 avril 2017 : au second tour de l’élection présidentielle, le candidat de la « révolution citoyenne » Lenín Moreno (Alliance Pays ; AP) affronte l’ex-ministre de l’économie (1999) et banquier multimillionnaire Guillermo Lasso (Créons des Opportunités ; CREO) qu’il a devancé au premier tour (39,36 % des voix contre 28,11 %). Rafael Correa qui, depuis 2007, a rendu sa stabilité au pays grâce à d’incontestables avancées sociales, ne se représentait pas [1].
     
 


 
     
Conférence sur le Venezuela
et le rôle de l'OEA.


18 avril 2017
 
Venezuela : Le mauvais exemple, c’est ça le problème Par Hernando Calvo Ospina, Réseau des Intellectuels et des Artistes en Défense de l’Humanité.

12 avril 2017
     
Le 11 avril 2017, 15 ans après le coup d'état manqué de la droite putchiste au Venezuela - Cuba France Paris et El Otro Correo ont organisé une conférence à Paris pour faire le point sur la situation, avec les explications de Hector Michel Mujica, ambassadeur du Venezuela en France. Et l'expertise et l'analyse de Hernando Calvo Ospina, écrivain colombien, spécialiste de l'amérique Latine.
 
Les Etats-Unis ne se préoccupent pas du fait qu’une nation se déclare socialiste ou communiste. Non. Ce qui leur importe le plus, c’est le mauvais exemple, et qu’on ne leur retire pas le droit qu’ils s’octroient de se servir à volonté.
Un gouvernement ne peut pas prendre le chemin sacrilège qui permettrait au moins de sortir son peuple de la misère, et de faire en sorte que les enfants ne se couchent pas avec la faim au ventre et qu'ils aillent à l’école chaque jour, en pleine santé.
     
 

 
     
VENEZUELA : INTERVENTION DE LA CHANCELIÈRE DE LA RÉPUBLIQUE BOLIVARIENNE DU VENEZUELA, DELCY RODRIGUEZ AU CONSEIL PERMANENT DE L'OEA, WASHINGTON 27 MARS 2017

06 avril 2017
 
Coup dur pour la « fin de cycle » en Equateur
Par Maurice Lemoine



05 avril 2017
     
Merci pour les paroles du Président de ce Conseil. Je dois préciser que le Venezuela a demandé avec succès un Conseil Perrmanent aujourd'hui. Justement pour éclaircir et dénoncer les graves actions d'ingérence que, à partir de cette Organisation, commettent aussi bien son Secrétaire Général qu'une faction minoritaire de quelques pays de notre Région.
 
Dimanche 2 avril, les près de 13 millions d’électeurs du pays andin devaient décider qui, du candidat de gauche Lenín Moreno (en illustration) ou du néolibéral Guillermo Lasso, succédera à Rafael Correa, représentant du « socialisme du XXIe siècle » au pouvoir depuis 2007. En élisant le candidat d’Alianza País, le parti du président sortant, avec 51,16 % des voix, dans un contexte économique particulièrement difficile, les Equatoriens ont exprimé le souhait de poursuivre la « révolution citoyenne ».
     
 


 
     
Avec Donald Trump, les projets sécuritaires et militaires des Etats-Unis pour l’Amérique latine se poursuivent
Par Christophe Ventura

17 mars 2017
 
Déclaration finale de la XV° Rencontre du Réseau des Intellectuels, des Artistes et des Mouvements Sociaux en Défense de l’Humanité


16 mars 2017
     
mmigration, commerce. L’Amérique latine – au premier chef centrale – constituera le laboratoire privilégié de Donald Trump pour expérimenter ses nouvelles orientations controversées dans le monde entier.
Il existe un troisième dossier sur lequel le 45e président américain incarnera, cette fois-ci, une grande continuité avec la politique de son prédécesseur Barack Obama. Il concerne l’emprise sécuritaire et militaire des Etats-Unis dans la Caraïbe et l’Amérique centrale.
 
Le Réseau des Intellectuels, des Artistes et des Mouvements Sociaux de Défense de l’Humanité exprime sa solidarité envers le peuple et le Gouvernement de la République Bolivarienne du Venezuela au moment où ceux qui patronnent la guerre et le terrorisme médiatiques contre le Venezuela, Cuba et les pays de l’ALBA ont intensifié, renouvelé leur soif d’ingérence, de déstabilisation et de coups d’Etat dans le cadre de la politique impériale de « changement de régime » dans les pays considérés comme hostiles par la diplomatie de guerre de Washington.
     
 

 
     
Abel Prieto, Ministre de la Culture Cuba: L’essentiel aujourd’hui, c’est d’endiguer le découragement.
Par Alina Perera Robbio

13 mars 2017
 
Caracas. Dimanche 5 mars 2017
Hommage au Président Chavez, 4 ans après sa disparition physique.

05 mars 2017
     
Une conversation avec le ministre cubain de la culture, Abel Prieto Jimenez, nous rappelle qu’« il nous faut gagner la bataille de la consciente et des idées », dans un monde où certains affirment que la pensée révolutionnaire appartient désormais au musée.
 
Caracas. Dimanche 5 mars 2017
Pendant l'hommage au Président Chavez, 4 ans après sa disparition physique, au Cuartel de la Montaña, où reposent ses restes. Un moment très émouvant.
     
 

 
     
Le Comité International Paix, Justice et Dignité aux Peuples
appelle à une mobilisation internationale les 1er, 2 et 3 mars 2017 en soutien à la Révolution bolivarienne

28 fevrier 2017
 
Chomsky: Interview avec André Vltchek
« L’Occident terroriste »
Par Alex Anfruns

20 fevrier 2017
     
Mobilisons-nous pour soutenir la révolution bolivarienne du Venezuela. La Révolution bolivarienne du Venezuela, grande et généreuse avec tous nos peuples, a besoin aujourd'hui du soutien inconditionnel de la solidarité internationale.
 
En tant que journaliste, réalisateur de documentaire et romancier étatsunien, André Vltchek a couvert d’innombrables conflits armés à travers le monde. Parmi ses travaux les plus récents, on retrouve “L’Occident terroriste”, une discussion avec Noam Chomsky, un expert de la propagande renommé.
     
 

 
     
Entretien avec Julian Assange, fondateur et directeur de WikiLeaks
Par Santiago O’Donnell

06 fevrier 2017
 
Au Salvador, 25e anniversaire des Accords de paix
Par Maurice Lemoine


16 JANVIER 2016
     
Traduit de l’espagnol pour El Correo de la Diaspora par : Estelle et Carlos Debiasi.
Après avoir aidé Trump à couler Hillary, il a fêté la grâce d’Obama à Chelsea Manning et a été témoin des pressions sur l’Équateur pour arrêter de protéger le célèbre hôte de son ambassade à Londres. Il s’exprime sur l’Amérique Latine.
Après avoir publié les documents qui ont fini de couler la candidature de Hilary Clinton à la présidence des États-Unis d’Amérique, après la grâce d’Obama à sa source Chelsea Manning, après plus de quatre ans réfugié dans l’ambassade d’Équateur à Londres, alors que la Grande-Bretagne est accusée de détention illégale pour l’y retenir, à un mois des élections en Équateur qui seront décisives pour son avenir, Julian Assange, directeur de WikiLeaks, a accepté de parler de tous ces sujets.
 
Le 16 janvier 1992, dans le château de Chapultepec (Mexique), au terme de plus de vingt-huit mois de difficiles négociations, le gouvernement salvadorien du président Alfredo Cristiani et l’opposition armée du Front Farabundo Martí de libération nationale (FMLN) signaient des accords de paix. Gros de 95 pages et de 27 pages d’annexes, ce texte mettait fin à une sanglante guerre civile née à la fin des années 1970 – quand, les fraudes électorales devenant chaque fois plus insupportables, les luttes populaires se développaient – entre un régime autoritaire et une guérilla révolutionnaire stimulée qui plus est, en 1979, par la victoire des sandinistes sur le dictateur Anastasio « Tachito » Somoza au Nicaragua.